FreelanceInformatique.com

Le blog d’un ingénieur freelance JAVA-J2EE

Lorsque vous passez par une SSII ou un cabinet de recrutement pour trouver votre mission on vous parlera surement d’une facturation chez le client final répartie de la manière suivante :

  • 80% pour le freelance
  • 20% pour la SSII

Lors de ma recherche de mission j’ai cru comprendre que c’est généralement ce “deal” qui est proposé pour aux freelances, une sorte de convention sur le marché de l’emploi.

Ce qui m’étonne dans cette règle c’est justement qu’elle soit appliquée par quasiment toutes les SSII. Pourquoi certaines ne proposent-elles pas 70-30 ou encore 90-10 ? Pour ma part c’est toujours la règle des 80-20 qui m’a été annoncée et j’aurai bien aimé savoir comment est-ce que cette répartition a bien pu être choisie plutôt qu’une autre.

Une chose me semble pourtant sûre, il ne s’agit pas ici d’une règle stricte car il me paraît peu probable qu’une SSII refuse de placer un consultant chez un client stratégique à cause d’une histoire de marge. L’idéal est donc de connaître sa facturation chez le client final afin de savoir quelle marge se fait la SSII et croyez moi ce n’est pas toujours évident à savoir !

Regle des 80-20

En cette période d’Euro, certains ont du mal à rester concentré au bureau surtout quand l’heure du match approche !

Conseil du jour : sauf autorisation écrite et signée par le client, il est fortement déconseillé de faire comme fait le monsieur à la fin de la vidéo.

  • Au pays des indépendants : cet article nous donne un aperçu de la vie d’entrepreneur au Canada et ça a l’air beaucoup plus simple qu’en France (difficile de faire plus compliqué de toute façon). Si un freelance canadien passe par ici je suis preneur de son témoignage !

Dans l’ensemble du Canada, pour les travailleurs autonomes, il n’y a pas d’assurance emploi, donc pas d’Assédic, d’Urssaf ni d’Unedic. En pratique, ces charges sont perçues à même l’impôt une fois par an, « mais seulement sur la base du profit que vous avez fait ! » En clair, si vous faites un profit nul ou très faible, vous ne paierez que les charges sociales minimales, soit moins de 1 000 $ CAN

  •  Le recrutement ludique a le vent en poupe dans les SSII : fini le traditionnel recrutement qui consistait à recevoir un candidat dans son bureau pour mieux le cuisiner ? Il semblerait que les SSII redoublent d’imagination afin d’attirer l’attention des candidats sur le marché.

Une régate virtuelle pour Sopra, une soirée poker pour Datavance… Tout est permis pour attirer des candidats et soigner son image.

  •  GFI Informatique : le recrutement, à la sauce salsa : on reste dans le ludique avec cette fois-ci de la danse salsa après l’entretien ! Le moins qu’on puisse dire c’est qu’à défaut d’être une méthode de recrutement efficace cela aura permis de faire de la pub à GFI (c’était peut-être cela le principal objectif d’ailleurs).

Le jour J, les candidats ont deux fois sept minutes pour convaincre une chargée de recrutement et un responsable commercial ou technique. Et après une séance d’échanges et de discussion avec les collaborateurs de GFI Informatique, ils peuvent s’initier à la salsa avec un danseur professionnel. Après tirage au sort, deux gagnants remportent un laissez-passer pour le festival de salsa de Nantes.

  •  Au coeur du recrutement d’Altran : je ne connais Alten que de réputation (mauvaise réputation à vrai dire). Cet article nous propose de vivre de l’intérieur une opération séduction de candidats organisée par la SSII.

Altran table sur 2.400 embauches cette année en France (et 5.000 en Europe), ce qui en fait l’un des premiers recruteurs de cadres de l’Hexagone. Parmi eux, on compte environ 85 % d’ingénieurs ou de scientifiques, et 40 % de débutants. « Les projets sur lesquels nous intervenons sont de plus en plus complexes, explique Pascal Brier, le directeur général adjoint. C’est pourquoi nous avons accru la part de recrues expérimentées. » Et la concurrence est rude pour attirer ces profils.

le préjugé que connait l’informatique aujourd’hui ait été alimenté en fausse croyance, par le temps. En effet, le domaine n’a jamais été aussi relié et impliqué dans les communications qu’il ne l’est actuellement. L’image de l’intellectuel antisocial derrière son bureau semble bel et bien dépassée. «Tu dois parler à ton client, comprendre ce qu’il veut réellement, faire des recherches auprès de personnes ressources et même présenter des conférences. Une personne qui désire rester braquée derrière son écran ne peut malheureusement pas s’épanouir complètement en informatique, aujourd’hui »

  • A la découverte de l’Inde High Tech :  dossier intéressant sur l’évolution technologie de ce futur géant mondial. La légende de l’informaticien indien qui menace les emplois européens va-t-elle se réaliser ? Je pense pas qu’on en arrive à ce point là, mais une chose est sure : il va falloir compter sur l’Inde dans les années à venir. Et si vous voulez des informations sur le boulot en Inde je vous invite à lire le témoignage de cette française travaillant en inde, très intéressant !

Twitter logo

Twitter m’intrigue.

Pour ceux qui ne connaissent pas, Twitter est un service de micro-blogging qui vous permet à tout moment de publier des messages courts (140 caractères maximum)  afin d’indiquer à vos amis (ou toute personne désirant suivre vos aventures trépidantes) ce que vous êtes en train de faire à un moment donné.

Depuis son ouverture en 2006 Twitter a réussi à fidéliser un nombre important d’utilisateurs fidèles parmi lesquels on retrouve des bloggeurs influents et même, d’après wikipedia, “certains journaux d’informations, comme CNN ou BBC qui utilisent un robot pour envoyer des flashs d’information sur Twitter” (si wikipedia le dit c’est que ça doit être vrai).

Or, d’après ce que je peux lire ici et là, Twitter rencontre de sérieux problèmes de disponibilités qui font que certains drogués accros au service pleurent de désespoir.

C’est là que les choses m’intriguent : apparemment les problèmes d’utilisation de Twitter ne datent pas d’hier , pourtant les twitter-addicts prennent leur mal en patience et même si certains râlent ici et là ils continuent à utiliser ce service. La question est : pourquoi la sanction sur Twitter ne tombe-t-elle pas ? Pourquoi les utilisateurs continuent à utiliser ce service et pas un twitter-like qui serait peut-être beaucoup plus stable ?

Logiquement un service qui pose tant de problèmes devrait voir ses utilisateurs disparaitre au fur et à mesure des pannes et pourtant il semblerait que certains utilisateurs aient trouvé en Twitter un outil si indispensable qu’ils sont prêts à tolérer les nombreuses pannes. D’ailleurs je me demande même si ces pannes à répétition ne commenceraient pas à être considérées comme partie intégrante du service car elles peuvent êtres à l’origine de situations qui prêtent à sourire.

Bien décidé à comprendre ce qu’il y a de si exceptionnel dans ce service de micro-blogging, j’ai décidé d’essayer pour peut-être découvrir le secret de Twitter qui lui permet de développer une application instable mais qui a rendu accro de nombreux utilisateurs. A première vue je suis un peu du même avis que Pierre Chappaz à ce sujet mais qui sait (en gros ça sert à rien), mais peut-être que Twitter n’est pas si inutile que cela , réponse dans quelques semaines !

Si certains twitter-addicts passent par ici n’hésitez pas à m’expliquer pourquoi vous tolérez les problèmes rencontrés, parce qu’en principe quand ça marche pas c’est que c’est pas bien, non ?

PS : dès ma première connexion à Twitter je tombe sur la page me disant que le service est indisponible, la faute à pas-de-chance ?

Lorsqu’on devient ingénieur freelance un des grands changements vient du fait qu’on doit émettre chaque mois une facture. C’est une chose qu’on est pas habitué à faire lorsqu’on est salarié et qu’on vous dépose délicatement votre fiche de paye sur votre bureau et pourtant l’envoie de facture est une habitude à prendre rapidement !

Autre changement de taille : le délai entre l’émission de la facture et le paiement de cette dernière. La plupart des indépendants que je connais sont payés à 30 ou 60 jours. On entend même parfois parler de paiements à 90 jours ! Il faut donc être prévoyant dans ces cas là car ce délai de paiement signifie que pendant les deux ou trois premiers mois aucune somme d’argent ne rentrera dans votre compte mais par contre vos dépenses de la vie de tous les jours vont continuer (transports, repas, téléphone, etc …) et si on n’a pas prévu le coup on peut très rapidement se trouver dans une situation délicate (sans parler des éventuels retards de paiement en cas de mauvais client) !

Donc si vous vous lancez prenez bien en compte le délai de paiement de la première facture et mettez suffisamment de côté pour vous éviter tout problème ! Pour ma part je m’étais préparé à la situation me gardant une petite réserve d’argent pour subvenir à mes dépenses quotidiennes et en évitant toute grosse dépense (du style ordinateur portable).

Notez tout de même qu’un avantage d’être payé à 30 ou 60 jours signifie que même après la fin de votre mission vous continuerez à percevoir le paiement de vos facture précédentes, de quoi vous aider à préparer la transition entre deux missions.

La cigale et la fourmi

Deadline : Ligne de démarcation entre la vie et la mort. C’est une frontière temporelle : avant, vous êtes vivant, après, vous êtes mort, car vous vous êtes fait flinguer par vos supérieurs, puisque vous n’avez pas été en mesure de livrer le logiciel dans les délais. (cf. ici)

Lorsqu’on travaille en mode projet il est difficile de ne pas entendre parler de deadline (ou date butoir en français) et bien souvent elles arrivent plus rapidement que prévu. Depuis que je suis freelance ces fameuses deadlines résonnent d’une façon particulière dans ma tête. En effet, lorsqu’on est prestataire de service indépendant on doit prouver la qualité de ses services et cela passe bien évidemment par le respect de ces dates butoirs de livraison tant attendues par le client.

Il est important de savoir s’organiser pour ces périodes de rush car quoiqu’il arrive il y aura toujours des surprises de dernière minute alors autant faire en sorte qu’il y en ait le moins possible !