SSII, un modèle en fin de vie ?

On entend beaucoup de choses concernant les SSII, et pas toujours de bonnes choses. Toute personne ayant déjà travaillé dans le monde de la prestation informatique a déjà entendu ou vécu une mauvaise expérience avec une SSII : le commercial qui cherche à imposer une mission au développeur, les perspectives de carrières inexistantes et l’impression de ne pas faire partie d’une même entité. Difficile de la jouer corporate quand on passe la plupart du temps chez le client et qu’on voit son commercial un quart d’heure une fois par mois pour récupérer sa ficher de paye et ses tickets resto.

Et quand le commercial ne passe pas tous les mois, il reste toujours l’entretien annuel où généralement le consultant négocie son augmentation face à cette même personne qui ne l’a presque pas vu, rien d’idéal !

Le nombre de consultants insatisfaits de leur SSII et de leur relation avec leur commercial est très fréquent, et cela ne touche pas seulement les salariés, les consultants indépendants sont aussi impactés par les mauvaises SSII : contractualisation de la mission en retard, retard de paiement de factures, mensonge sur la tarification, il semblerait que certaines boîtes n’aient pas comme priorité d’établir une relation de confiance avec les personnes avec qui elles travaillent.

Et c’est justement toutes ces pratiques malhonnêtes à répétition qui finissent par détruire la confiance qu’on peut avoir envers une SSII. J’ai récemment entendu un freelance se plaindre de son intermediaire qui l’a payé avec 5 mois de retard ! Si un jour cette même société me solicite pour une mission je me rappelerai que je risque de devoir me battre pour mon dû, autant de galères que je souhaiterai éviter et qui feront que je n’irai pas bosser avec ce genre de boîtes ni les recommander à d’autres.

C’est impressionnant ce que peuvent être amenées à faire certaines SSII quand il s’agit de grapiller quelques euros (surêment dû au marché très concurrentiel du secteur), mais il me semble évident qu’en étant malhonnête avec les personnes qui vous ramènent de l’argent (salariés ou independants) certaines SSII perdront la confiance qu’on leur porte et mourront d’elles-mêmes.

Le modèle actuel des SSII a réussi à créer deux camps (les consultants contre les commerciaux) qui s’affrontent alors qu’ils devraient collaborer. Les mauvaises SSII contribuent à cultiver cette division au sein même de leur structure et généralement ce sont les même noms qu’on retrouve lorsqu’un freelance raconte une mauvaise expérience. Combien de temps ces boîtes aux méthodes limites pourront-elles tenir ?

PS : je ne dis pas que les mauvais consultants n’existent pas, mais je n’ai pas pu avoir le point de vu de commerciaux.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Add to favorites
  • Email

10 Commentaires

  • 3 juillet 2008 - 16:47 | Permalien

    De mon point de vue perso, ces SSII existeront dans la relation freelance-client final (je ne parle que des indépendants) tant que des indépendants accepteront de pratiquer des tarifs inférieurs quand ils sont en sous-traitance.

    Pour ma part, je pratique le même tarif que je travaille en direct avec le client final ou via une SSII. Souvent, des SSII me disent “faites moi un prix, car il faut que je fasse ma marge” – et ma réponse est systématiquement non: pourquoi me faire concurrence à moi-même? Si la SSII doit faire une marge, c’est en ajoutant sa valeur ajoutée à ma prestation (aligner 10 prestataires, trouver les bons prestataires, …).

  • 4 juillet 2008 - 21:25 | Permalien

    Arnaud> Tout comme toi je pense qu’il vaut mieux pratiquer le même tarif (sans s’éloigner de la réalité du marché!), c’est à la SSII de faire des efforts si elle souhaite vraiment placer un indep.

    Sinon le coup du “faites un effort sur votre tarif” est très fréquent, bizarrement on ne te dira jamais que t’es pas assez cher :D

  • 13 août 2008 - 13:30 | Permalien

    Bonjour,
    je partage l’essentiel de votre analyse bien qu’il manque probablement le fait que la seule menace qui pourrait en réalité peser sur les SSII est la diminution du budget de l’externalisation des entreprises.
    A côté, le mécontentement individuel de chaque presta est dérisoire d’autant que le passage en SSII fait désormais parti intégrante du parcours professionnel des jeunes diplômés.

    http://maviedepresta.blogspot.com/

  • 15 août 2008 - 12:01 | Permalien

    ma vie de presta> la diminution du budget de l’externalisation est effectivement une grande menace pour les SSII. Cependant l’informatique reste un des services le plus externalisé et je ne sais pas si cela est prêt de changer. Je pense que de plus en plus de boîtes préfèrent se concentrer sur leur métier principal et externaliser les autres services (dont l’informatique). La prestation de services semble donc avoir de beaux jours devant elle.

    Cela dit, en période de crise économique ce sont directement dans les services externalisés qu’on vient faire des économies. La survie des SSII dépend alors de l’ampleur de la crise.

    Ce que tu dis est également vrai, il est difficile d’éviter les SSII pour un JD tant ces sociétés les convoitent. Mais est ce que c’est vraiment un passage obligatoire ? J’ai des doutes …

  • Med
    8 décembre 2008 - 1:17 | Permalien

    Malheureusement les directions des achats de plusieurs grands comptes ne fonctionnent que par système de référencement.
    Tant que ce principe existera, on sera obligés de passer par des SSII et donc de tomber sur les mêmes aléas.
    La meilleure protection trouvée par un ami ( mais qui a un coût ), c’est l’affacturage : vous présentez la facture à la banque, celle-ci vous crédite la somme équivalente et se charge de la réclamer à la SSII le moment venu.
    Le souci est que ceci a un coût, donc ajouté à la dîme de la SSII, ça devient un peu cher.

  • vince
    19 février 2009 - 17:19 | Permalien

    je peux avoir la black-list des SSII à éviter ??? :D

  • Sharp
    8 décembre 2009 - 13:19 | Permalien

    Toutes les SSII sont à éviter :) . Mais un moyen très simple pour estimer, c’est le nombre de consultants. Plus la structure est grosse, plus les périodes d’inter-contrats sont néfastes, la direction met alors la pression a ses commerciaux qui sont prêt à tout pour te vendre.

  • Antoine
    2 mars 2010 - 17:17 | Permalien

    Je ne comprends pas pourquoi ‘plus la structure est grosse, plus les périodes d’inter-contrats sont néfastes’. Quelqu’un peut m’expliquer? ;)

  • Eric
    16 décembre 2012 - 18:42 | Permalien

    je partage mon experience sur les SSII à éviter :

    - SXXXXo :
    il m’a appellé à plusieurs reprises pour une mission assez louche (on ne sait pas où se trouve le client, on ne sait pas dans quel secteur, on a pas les détails de la mission…).
    Sans aucun entretien réel (“est-que vous etes dispo ?”), me demandent mes réference…
    eviddement je leurs donne une reference bidon avec le telephone de mon collegue à coté…

    10 min aprés il l’appellent pour savoir s’il avait besoin de staffer des personnes… et ils n’ont nullement parlé et/ou demandé de moi… quels buffons!!!

    de l’accent et des noms je dirais un centre d’appel au maroc

    LOL

    MAJ : j’ai enlevé le nom de la SSII de ton commentaire. Il ne faut pas y voir un acte de censure, simplement pas envie que ce blog devienne un endroit où vomir sa haine des SSII. C’est convenu que leurs méthodes sont mauvaises, il est désormais temps de s’organiser pour en créer des meilleures. Et, bonne nouvelle, la machine semble déjà en route ;-)

  • 13 mai 2014 - 17:09 | Permalien

    Comme toute autre chose dans la vie, il ya le bon et le moins bon lorsqu’il s’agit des SSII. Mais, je ne dirais pas que les mauvaises pratiques de certains professionnels risqueront de nuire au modèle des sociétés de services en ingénierie informatique tout entier. Il faut noter que certaines ss2i proposent des services de portage salarial qui garantissent aux salariés les mêmes avantages et droits que les autres formes de recrutement. Il faut juste bien se renseigner sur la société avant d’y postuler ou d’accepter les missions qu’elle propose.

  • Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    *

    You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>