• Java reste le langage le plus utilisé : une étude montre que le langage JAVA reste un langage toujours très populaire dans les entreprises. A noter également un retour en force des langages PHP et javascript, merci au web 2.O.

sur un an le top 5 des langages les plus utilisés ne change pas. Java reste de loin le plus populaire avec une note de 21,6 %, devant l’inoxydable langage C (16,2 %) suivi de Visual Basic (10,9 %). Vient ensuite le C++ avec une note de 10,1 % talonné par le langage de script Internet PHP, classé cinquième (9,4 %).

Un des soucis est de trouver des compétences adaptées. Or, aujourd’hui, la technique souffre d’une mauvaise image en France, on fait moins souvent carrière en étant ” simple ” développeur. Et beaucoup d’étudiants s’orientent vers des carrières de chef de projet, d’architecte. Cela n’est pas propre au monde Java. ” Il est assez difficile de trouver la bonne personne. Le métier est ressenti comme trop dur. Ils font un séjour ” rapide ” (dans la technique)”,

  • Pénurie de professionnels en TI au Québec :  On parle de pénurie de compétences en France, on en parle également au Quebec qui semble connaître un boom dans le domaine de l’informatique. Des volontaires pour aller tenter leur chance là bas ?

On estime que dans quelques années voir même dans quelques mois, à moins que de nouveaux candidats soient prêts à aménager à Montréal, il n’y aura pas suffisamment de professionnels pour occuper toutes les jobs en TI générées par ces incitations fiscales.

Nombre moyen de CANDIDATURES par OFFRE (Apec)
Informatique :
2007 : 19
2006 : 32
2005 : 34
2004 : 51

  • Plein soleil pour les cadres : apparemment il fait bon être cadre en ce moment, on frise même le plein emploi. Oui mais à quel prix et pour combien de temps ?

Si la France compte encore près de deux millions de chômeurs, le plein-emploi est revenu pour les cadres. A en croire les chiffres de l’enquête emploi révélés aujourd’hui par l’Insee, seulement 3,3 % d’entre eux étaient au chômage l’an dernier. Aujourd’hui, c’est sans doute moins, car il y a plusieurs indices d’une tension encore accrue sur le marché des cadres.