Bien qu’en augmentation constante, le nombre de freelances en régie chez les clients est encore minoritaires par rapport aux prestataires salariés. Forcement un indépendant au milieu de l’open space c’est l’occasion de poser toutes les questions concernant ce choix de carrière dont on entend de plus en plus parler : quels sont les avantages, combien ca rapporte, quelles démarches, …

Il peut donc arriver qu’à partir de ce premier témoignage concret certains décident de franchir le cap et de se mettre à leur propre compte également.

Mais pousser (volontairement ou non) un prestataire à devenir indépendant c’est également faire perdre un prestataire à un client, votre client ! A l’heure ou il est difficile de trouver des ressources qualifiées il est délicat pour un client de perdre une bonne partie des compétences parce qu’un prestataire sur lequel il avait l’habitude de s’appuyer décide de quitter le navire après avoir discuté avec le petit nouveau qui se trouve être freelance.

Faut-il pour autant ne jamais parler de son statut d’indépendant pour éviter de faire mauvaise impression auprès de son client ? Y a t-il un risque d’être considéré comme la mauvaise herbe si vous exposez votre expérience ?

Pour ma part, sans pour autant la crier sur tous les toits je ne cache pas ma situation. Lorsque j’étais en période de réflexion j’étais bien heureux de trouver réponses à mes questions auprès d’autres indépendants et il parait normal aujourd’hui de partager mon expérience (via ce blog notamment).

Cela dit j’essaye de nuancer mes propos et ne pas tomber dans le prosélytisme car devenir indépendant c’est d’abord un choix personnel et il ne faudrait pas rentrer dans un discours simpliste du style “ce que je fais est juste, vous avez tort de ne pas le faire”. J’apporte mon témoignage mais je n’essaye pas de convaincre, après tout on est censés être assez grands pour prendre des décisions.

J’évite également de ne pas transformer mon témoignage en conférence en open space sur ma vie de freelance. Les discussions se font plutot autour d’un café, plus discret et convivial. Et si quelqu’un démissionne suite aux informations que j’ai données ? Rien de dramatique, cela fait parti de la vie d’une entreprise et je pense qu’avec ou sans mon témoignage cette personne aurait finit par partir, je vois mal un client venir vous reprocher qu’il y ait trop de turn over dans le marché de l’informatique !

Rien de bien secret dans le status de freelance, c’est quelque chose de nouveau sur le marché de la prestation et c’est normal que cela attise la curiosité. Répondre aux questions fait partie du jeu mais il convient de respecter les règles de bonnes conduites habituelles, l’objectif n’est pas de se faire remarquer absolument sinon le client risque effectivement de ne pas trop aimer !

Pour finir, les indépendants ne forment pas un club secret qui se donne rendez-vous dans des parkings désaffectés et dont le règlement serait : “la 1ère règle de l’indépendance : il est interdit de parler de l’indépendance” ;-)

Fight Club

 PS : certaines SSII ou cabinets de placements peuvent vous placer chez le client en vous présentant en tant que salarié et en vous demandant de ne pas dévoiler votre status. Personnellement je refuse, si un jour on me demande je préfère jouer la transparence plutôt que de cacher les difficultés de recrutement d’une SSII. Heureusement je n’en suis pas là.